Assurance-vie

Assurance vie et succession : ce qu'il faut savoir

Par Marine Lebrun le 2023-08-25
4 min

L'assurance vie et son rôle dans l'héritage

Définition et objectifs de l'assurance vie

L'assurance vie est un contrat entre un souscripteur et un assureur, où le souscripteur paie des primes en échange du versement d'un capital à un bénéficiaire en cas de décès. Plus qu'un simple contrat de prévoyance, l'assurance-vie est devenue un outil de transmission du patrimoine de plus en plus apprécié pour son cadre fiscal avantageux.

 

Pour tout savoir sur ce placement, consultez notre guide de l'assurance vie.

Qui touche l'assurance vie en cas de décès ?

La question qui se pose souvent est celle du bénéficiaire. En pratique, le souscripteur aura pris soin de désigner via la clause bénéficiaire, un ou plusieurs bénéficiaires pour son contrat.

 

Ces derniers peuvent être des personnes physiques (comme le conjoint survivant, les enfants du couple ou encore un partenaire de PACS), mais aussi des personnes morales, telles que des entreprises ou des associations. Dans le cas où aucun bénéficiaire n'a été nommé, c'est la succession du défunt qui récupère le capital de l'assurance-vie. 

En l’absence de bénéficiaire identifié, non seulement la valeur du contrat entre dans la succession, mais les héritiers perdent aussi les avantages fiscaux liés à l’assurance vie.

Comment fonctionne une assurance vie en cas de décès ?

En cas de décès du souscripteur, l'assureur doit être informé du décès pour déclencher le versement des montants prévus par le contrat d'assurance-vie. L'assureur a un mois après avoir été informé du décès pour verser le capital aux bénéficiaires.

Les spécificités de l'assurance vie dans le cadre d'une succession

L'assurance-vie permet non seulement de désigner précisément qui bénéficiera du capital en cas de décès, mais elle offre également un régime fiscal privilégié.

 

Quels sont les meilleurs contrats d'assurance vie en 2023, Pierre Papier dresse la comparaison entre les meilleures offres du marché.

L'assurance vie et la succession : une fiscalité avantageuse

L'assurance-vie bénéficie d'un régime fiscal particulièrement attrayant en termes de droits de succession. En effet, les sommes versées sur le contrat d'assurance-vie avant le 1er janvier de l'année des 70 ans du souscripteur ne sont pas soumises aux droits de succession. 

 

La fraction du capital versée après cette date bénéficie tout de même d'un abattement de 30 500 euros.

 

En cas de décès du souscripteur, la fiscalité dépend de différents facteurs :

 

  • date de souscription du contrat,
  • montant des primes,
  • âge du souscripteur au moment du versement des primes.

Assurance-vie et succession après 80 ans : des conditions particulières

La loi a instauré un cadre spécifique pour les contrats d'assurance-vie souscrits après 80 ans. En effet, les primes versées après le 70ème anniversaire du souscripteur entrent dans l'actif de succession si le capital excède 30 500 euros. 

 

Ces montants sont alors soumis aux droits de succession, en fonction du lien de parenté entre le défunt et le bénéficiaire.

Est-ce que l'héritage d'une assurance vie passe par le notaire ?

Dans la majorité des cas, le versement du capital issu d'une assurance vie ne nécessite pas l'intervention d'un notaire. En effet, contrairement à la partie de la succession qui doit passer par le notaire, l'assurance-vie est directement transmise aux bénéficiaires désignés dans le contrat, sans faire partie de l'actif de succession.

 

Cependant, en cas de démembrement de la clause bénéficiaire (si un nu-propriétaire et un bénéficiaire de l'usufruit ont été désignés), l'intervention d'un notaire peut être nécessaire pour déterminer les droits de chacun.

 

Le démembrement de la clause bénéficiaire permet d'opérer une double transmission de son capital entre plusieurs personnes. Ce qui arrive souvent c'est que le conjoint est désigné comme bénéficiaire de l'usufruit (ou quasi-usufruit dans le cas de l'assurance vie qui est considérée comme un bien consommable) et les enfants comme nu-propriétaires.  

Le versement du capital de l'assurance vie ne fait pas partie de l'actif de succession du défunt et ne rentre pas non plus dans la déclaration partielle de succession. En effet, ce montant est transmis directement au bénéficiaire sans passer par la charge de la succession et est donc, en principe, hors du champ de compétence du notaire en charge de la succession.
 

Peut-on connaître les bénéficiaires d'une assurance vie ?

Le souscripteur d'un contrat d'assurance-vie a la liberté de choisir ses bénéficiaires et n'est pas tenu de les informer de leur désignation. Il est même parfois recommandé de ne pas informer les bénéficiaires pour éviter les conflits éventuels. 

 

Cependant, après le décès du souscripteur, les bénéficiaires peuvent être informés par l'assureur ou le notaire en charge de la succession.

Les aspects fiscaux de l'assurance vie dans le cadre d'une succession

La fiscalité de l'assurance vie après 70 ans

Au-delà de 70 ans, les primes versées sur le contrat d'assurance-vie entrent dans le calcul des droits de succession pour leur fraction du capital supérieure à 30 500 euros. Cependant, les intérêts ou plus-values générés par ces primes sont exonérés de droits de succession, ce qui constitue un avantage non négligeable.

Les frais de succession de l'assurance vie

Les capitaux versés par l'assureur aux bénéficiaires en cas de décès du souscripteur sont, sous certaines conditions, exonérés de droits de succession.

 

C'est le cas notamment pour :

 

  • les conjoints et partenaires de PACS : ils sont exemptés de droits de succession (selon l'article l132-12), quel que soit le montant des sommes transmises et la date de souscription du contrat ;
  • les frères et sœurs de l’assuré : uniquement s'ils soient célibataires, âgés de plus de 50 ans ou invalides, et qu’ils résidaient sous le toit du souscripteur pendant les 5 années avant son décès.

 

Pour les autres bénéficiaires, la taxation dépend de :

 

  • la date de souscription du contrat (avant / après le 20 novembre 1991),
  • l’âge du souscripteur au moment du versement des primes (avant / après 70 ans),
  • la date de versement des primes (avant / après le 13 octobre 1998).

L'abattement sur l'assurance vie

En matière de droits de succession, les bénéficiaires d'une assurance vie profitent d'un abattement de 152 500 euros par bénéficiaire sur les primes versées avant les 70 ans du souscripteur

 

Au-delà de cet abattement, la taxation dépend de la date de souscription du contrat et de l'âge du souscripteur au moment du versement des primes.

Assurance vie : plafond et droits de succession

Il n'existe pas de plafond légal quant au montant que vous pouvez investir dans votre assurance vie. Cependant, le montant des primes taxables dans le cadre d'une succession dépend de la date de souscription et de l'âge du souscripteur au moment du versement.

Est-ce qu'on paie des droits de succession sur une assurance vie ?

Comme expliqué précédemment, les capitaux issus d'une assurance-vie sont, dans la plupart des cas, exonérés de droits de succession. Cependant, certaines conditions doivent être respectées pour bénéficier de cette exonération. 

 

Voici un tableau récapitulatif :

 

Bénéficiaires

Souscription avant 70 ans

Souscription après 70 ans

Conjoints, partenaires de PACS

Exonérés des droits de succession

Exonérés des droits de succession

Frères et sœurs

Abattement de 15 932 €, puis taxation à 35% jusqu'à 24 430 €, puis 45%

Abattement de 15 932 €, puis taxation à 35% jusqu'à 24 430 €, puis 45%

Descendants directs (enfants, petits-enfants, etc.)

Abattement de 100 000 € par bénéficiaire, puis taxation progressive de 5% à 45%

Abattement de 30 500 € sur la fraction des primes versées après le 70ème anniversaire du souscripteur, puis taxation au barème des droits de succession

Autres bénéficiaires

Abattement de 1525 €, puis taxation à 60%

Abattement de 1525 €, puis taxation à 60%

Recevoir une assurance vie dans le cadre d'une succession

Comment hériter d'une assurance vie ?

L'héritage d'une assurance-vie ne se déroule pas de la même manière que la succession classique. En effet, les capitaux de l'assurance-vie ne font pas partie de l'actif de succession et sont directement transmis aux bénéficiaires désignés dans le contrat, sans passer par le notaire.

 

Ainsi, la succession du défunt et la transmission de l'assurance-vie sont deux processus distincts.

Les démarches pour bénéficier de l'assurance vie

Pour bénéficier de l'assurance vie, plusieurs étapes doivent être respectées.

 

  1. Le bénéficiaire doit être informé de son statut, soit par le souscripteur de son vivant, soit par l'assureur après le décès.
  2. Le bénéficiaire doit fournir à l'assureur certains documents, comme une copie de l'acte de décès et un certificat d'hérédité.
  3. Une fois ces documents reçus, l'assureur procède au versement des fonds.

Quel délai pour toucher une assurance vie après un décès ?

Comme mentionné précédemment, une fois le décès du souscripteur notifié et les documents nécessaires fournis à la compagnie d'assurance, celle-ci a un mois pour verser le capital aux bénéficiaires. Cependant, ce délai peut être plus long si l'identification des bénéficiaires pose problème ou si un litige survient.

L'assurance vie, un outil d'optimisation successorale

En résumé, l'assurance-vie est un outil d'optimisation patrimoniale qui permet de transmettre un capital à un bénéficiaire en cas de décès du souscripteur, en dehors du cadre classique de la succession. 

 

Cette caractéristique fait de l'assurance-vie une option attrayante pour ceux qui cherchent à minimiser les droits de succession et à simplifier le processus de transmission de patrimoine.

J'évalue mon projet en 5 min
Prendre rendez-vous

Ces articles pourraient vous intéresser

24 août 2023
Pierre Papier Immo

Est-il possible d'avoir plusieurs contrats d'Assurance vie ?

5 min
Lire l’article
25 août 2023
Pierre Papier Immo

Doit-on déclarer son assurance vie aux impôts ?

4 min
Lire l’article
25 août 2023
Pierre Papier Immo

Quelle est la durée d'une assurance vie ?

4 min
Lire l’article
Voir tous nos articles